Les textes intégraux dans l’esprit et la lettre

textes intégraux esprit et la lettre

Les manuels de la collection l’esprit et la lettre proposent de nombreux textes intégraux à partir desquels de nombreuses exploitations pédagogiques sont envisageables.

 

 

Le lai du rossignol de Marie de France 
Le discours
sur la misère de Victor Hugo
La nuit de Guy de Maupassant
Victime de la réclame d’Émile Zola
« La fin de Marko Kraliévitch » de Marguerite Yourcenar 
La barbe bleue de Charles Perrault
« Le bateau ivre » d’Arthur Rimbaud 

La lecture analytique

Dans un premier temps, vous pouvez découper ces textes en autant de lectures analytiques. Par exemple, vous pouvez étudier, lors de différentes séances, l’exorde du Discours de la misère de Victor Hugo (l. 1 à 22) ; la narration des « faits » atroces de la misère (l. 23 à 43) ; la péroraison, l’adresse magistrale et terrible à l’assemblée (l. 44 à 80).

La lecture cursive

Ces textes intégraux peuvent aussi faire office de lecture cursive.

En classe de seconde, après la lecture intégrale de Bel Ami ou d’Une Vie, les élèves pourraient lire de manière autonome La Nuit. Ainsi, après avoir étudié le versant réaliste de l’œuvre de Guy de Maupassant, ils en verraient la part d’ombre.

En classe de première, à la suite du parcours « Les Fleurs du Mal : la boue et l’or », ils liraient « Le Bateau ivre » de Rimbaud, qui mêle « vomissures », « morves d’azur », « poissons d’or » et « archipels sidéraux ». De même, après avoir analysé les Fables de La Fontaine sous l’angle « imagination et pensée au XVIIe siècle », ils liraient La Barbe bleue.

textes intégraux Eugène Jansson
Eugène Jansson, Hornsgatan de nuit (1902)

La lecture transversale 

Mais un texte intégral se prête surtout à une lecture transversale : il s’agit de l’étudier comme un tout cohérent, non comme une juxtaposition de petits textes précieux et subtils. Les manuels l’esprit et la lettre proposent différentes activités allant dans ce sens :

Demander aux élèves de trouver le plan, le mouvement ou la progression du texte. Il faudrait, bien sûr, exploiter et interpréter ce découpage. Ainsi, à quel moment précis la nouvelle La Nuit devient-elle fantastique ? La réponse n’est pas évidente, et une telle question susciterait de fructueux débats.

Distribuer des reproductions d’œuvres d’art à la classe et les faire coïncider avec des passages précis du texte. Les manuels présentent aussi bien des illustrations (par exemple, celles que Gustave Doré consacre à La Barbe Bleue) que des œuvres n’ayant pas, a priori, de lien avec l’œuvre : des marines de Turner avec « Le Bateau ivre », des enluminures médiévales avec Le Lai du rossignol, des dessins de Spilliaert avec La Nuit, etc. Ce serait aux élèves de trouver les liens et les points communs, de préciser et de défendre leurs choix, en somme, d’interpréter les textes.

Initier les élèves à la dissertation sur une œuvre, épreuve moins ardue si l’œuvre ne compte que quelques pages. La plupart des textes intégraux du manuel sont suivis de sujets de dissertation. Ainsi, les élèves peuvent repérer les passages qui illustrent ou, au contraire, réfutent ce sujet. Ils peuvent également, dans la version numérique du manuel, surligner ces passages de différentes couleurs.

Les manuels proposent encore de nombreuses autres activités transversales : étudier l’évolution d’un personnage (dans Le Lai du rossignol ou Victime de la réclame) ; établir, à l’aide d’une carte, le trajet d’un personnage dans une nouvelle (comme La Nuit) ; essayer de deviner quels éléments précis d’un texte ont pu étonner ou scandaliser les milieux littéraires (avec « Le Bateau ivre » ou Discours sur la misère), etc.

Ces lectures transversales permettent aux élèves de passer de la myopie à la presbytie littéraire : ils seraient attentifs aux détails d’une œuvre, mais aussi à sa structure, ils en apprécieraient le tout aussi bien que les parties. Certes, ils se prépareraient ainsi aux nouvelles épreuves du baccalauréat, mais ils deviendraient également des lecteurs sensibles et aguerris.

Bible enluminure
« Les oiseaux du jardin d’Éden », enluminure de la Bible (XIV siècle)

Fabrice Sanchez
Auteur de l’esprit et la lettre
Enseignant en lycée (94)

A lire aussi : Quelles lectures choisir pour accompagner les œuvres intégrales ? 

Partager avec

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera transmis aux auteurs avant publication.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *